Accompagner quelqu’un de proche dans la maladie

Accompagner quelqu’un de proche dans la maladie

Share Button

Accompagner quelqu’un dans la douleur, dans la souffrance, dans la maladie. Être là, auprès de lui, auprès de son coeur, lui donner son énergie sans être trop présent, sans lui donner ses peurs, sans lui poser un pied dans la tombe. Mais être là, se souvenir de chaque moment, des bons comme des mauvais. Être là dans la présence, dans l’écoute, dans le conseil. S’y préparer? Jamais, on arrive jamais à se préparer dans des moments pareils, on ne peut donner que de son coeur, dans sa présence, dans son amour. Accepter de pardonner, pour que seul l’amour puisse subsister.

Être là pour soi aussi, pour ne rien regretter, pour tout dire et parfois ne rien dire. Des mots simples, des mots qui sortent du coeur, un « je t’aime, merci, je suis fière et je te pardonne », et donner, ni dans les larmes, ni dans les cadeaux, mais dans les gestes. Un câlin, un sourire, une promesse, un regard. Être là avec les gens que l’on aime, pour que de chacun puisse naître cette force, qui nous portera, qui portera l’être cher aussi, dans la guérison ou dans la suite. Peu importe, ces moments forts il ne faut pas les fuir, il faut les accueillir, il faut en vivre chaque instant pour les inscrire dans notre vécu. Aux derniers moments, ce ne sont pas les preuves matériels, ce ne sont pas les heures passés au travail dont on se souvient, c’est de nos proches, ceux que l’on aime, ceux avec lesquels on partage.

Être là pour savoir aussi prendre, ces moments, ces images, ces instants volés qui nous accompagnerons, nous, ceux qui restent, dans les moments de pensées. Savoir prendre dans ses bras ces proches, ceux qui se battent aussi comme nous, pour tenir le coup, face à des épreuves, quelles qu’elles soient, car on ne pense jamais à ça. Même si on sait tous que mourrir nous arrivera un jour, on ne sait pas quand, et on n’y pense pas. Quand certaines maladies donnent du temps à d’autres, de dire au revoir, il est important d’en profiter, de prendre ces cadeaux comme une chance. Tout le reste n’a que peu d’importance, c’’est avant tout auprès de la personne que l’on aime que l’on a envie d’être, auprès de ceux que l’on aime que l’on a envie de partager. Tout cela ressert nos liens, et font le tri. Une famille prend dans ce cas tout un sens, ce sens, celui du sang, celui du coeur, celui par lequel parfois les mots n’ont pas besoin d’être posés, ceux pour qui les km ne sont alors plus une épreuve, on trace, on avance, on soutient, on pleure, on rit aussi. Ensemble, surtout ensemble. Enregistrer mais ne rien ressasser, vivre pleinement sans rien regretter, tout dire sans blesser, parler avec le coeur, avant tout, toujours et surtout dans ces moments.

Je vis cette phase, dans laquelle je ne saurais pas de quoi sera fait demain, ni après demain. Quel au revoir sera le dernier, est-ce qu’une chance nous saura donnée, de faire d’autres projets, de voir plus loin que le simple demain? Je vis cette phase comme je le peux, mais je souhaite surtout la vivre sans regrets. Alors oui, je peux annuler mes rendez-vous, je suis moins présente pour vous, chers clients, tout simplement parce que je souhaite que mon énergie soit ailleurs, vers ceux et auprès de ceux que j’aime, et tout particulièrement de toi. Je voulais te dire à quel point je suis fière de toi, de la force avec laquelle tu te bats, pour tes traits d’humour dans tous ces moments. Nous ne savons pas de quoi sera fait demain, mais nous savons une chose, il sera ensemble. Je vous demande donc pardon, encore que je n’ai aucuns regrets pour ces moments. Je choisis d’être là, j’ai envie d’être là. Le reste, le boulot, même s’il me passionne passera après, quand j’aurais accompli ma tâche.

Je voulais aussi remercier, tous ceux qui m’accompagnent à leur manière dans cette épreuve, de près ou de loin. Chacun de vos messages, chacun de vos gestes sont une main tendue, une porte ouverte vers l’amour que vous me portez, et je vous en remercie. Et je voulais donner mon soutien, à tous ceux à qui cela arrive de traverser de telles épreuves. Rappelez-vous une chose, faites tout cela avec le coeur, pour ne jamais avoir de regrets. Écoutez cette petite voix au fond de vous qui vous directera la bonne marche à suivre, celle qui est faite pour vous. Et à ceux qui ont peur ou qui attendent le dernier moment pour tout dire à l’être aimé, ne le faites pas, s’il vous plaît. Car même si vous pensez que l’être part, et qu’il s’en sort, vos confidences et votre amour y auront contribués. Il n’y a pas de bons moments ou de mauvais pour dire Je t’aime. Faites-le chaque jour. SOYEZ LÀ