Amed, enfin le paradis

Share Button

panneaux amedMalgré son excellente réputation, je n’ai aimé complètement Bali qu’en découvrant Amed et ses environs. Car ce n’est pas ce petit village en lui-même qui mérite le détour mais bien toute cette route qui part des montagnes et qui longe la mer dans le nord de Bali. Et c’est ici que je peux dire pour le moment, que j’y ai aperçu l’une des plus belles vues de ma (petite et jeune) existence. Oui oui oui !

merveilleuse vue d'amed

Le jour de mon arrivée (un jour plus tôt que prévu et tant mieux !), j’ai découvert par le taxi ce virage particulier qui réunit sur un seul et même plan les rizières en terrasse de Bali, les montagnes et la mer ! Ici, aucun point de vue où s’arrêter mais cela ne m’a pas empêchée de le faire pour tenter d’immortaliser ce moment si important pour moi. Je dis bien tenter car même si mon appareil photo donne le meilleur de lui-même, il vous manque les odeurs, la chaleur et l’émotion ressentie face à cette vue ! Mais cette vue quoi !!

rizières en cascade amed

Ma découverte d’Amed s’est prolongée en louant un scooter et partant explorer la côte en passant par Jemeluk et les autres villages situés après. Sans même le calculer je suis tombée au coucher du soleil j’ai donc eu la chance d’apercevoir les différents couchers de soleil en fonction des différentes baies ! Voilà, une fois de plus cela se passe de mots.

Coucher de soleil Amed

J’ai aussi pris le temps de profiter du snorkelling et de faire coucou aux poissons. Différents coraux se mélangent autour d’une boîte aux lettres immergée, d’un bateau japonais échoué ou simplement d’une barrière de corail naturelle.

Mais Amed c’est aussi et surtout ses plages de sable noir, ces étendues immenses où se mêlent des touristes en mal de farniente ou de snorkelling, des pêcheurs qui travaillent et des enfants qui s’amusent dans leur plus simple appareil.

Plages de sable noir Amed

Amed c’est la tranquillité, c’est une terre de contraste où les gens ne sont pas encore assez blasés des touristes et où l’on crée de vraies relations. C’est un village qui a gardé (pour le moment, car à la vitesse où les guesthouses se construisent je ne suis pas sûre que cela va durer) son âme, où vous pouvez manger dans un restaurant au milieu des enfants des propriétaires en train de jouer comme dans leur salon. C’est tellement plus simple que le sud de Bali.

Plages de sable noir Bali

Ohhh Amed, merci mille fois pour m’avoir procuré ce sentiment que j’attendais tellement de retrouver : simplicité, joie et sérénité. C’est dur à dire mais j’ai juste la sensation que les vacances commencent enfin. Alors même si je pourrais vous en parler des pages et des pages, je vous invite plutôt à y aller et juger par vous-même, pour ma part je m’en vais juste profiter !