formation aux bars acess consciousness

Formation aux Bars Access Consciousness

Share Button

Me voici de retour de ma formation aux Bars Access Consciousness que j’ai faite auprès de Gilles Rebeyrotte que j’ai eu par la même, le plaisir de rencontrer. Une journée riche en émotions que je souhaitais partager avec vous, car je pense que mon expérience est une bonne approche de ce que cette technique peut apporter à chacun.

Mais avant de vous parler de cette journée, il est important de savoir comment j’en suis arrivée à cette formation, car sous ce nom très barbare, se cache une technique encore peu répandue en France mais qui pourtant s’étend rapidement dans le reste du monde. C’est grâce à Point zen que j’ai pu entendre parler des Bars pour la première fois. Une thérapeute, puis une deuxième, puis une troisième arrivant jusqu’à moi en me vantant à chaque fois les bienfaits étonnants et importants de cette technique. Il n’en fallait pas plus pour piquer ma curiosité. J’ai donc cherché autour de chez moi des thérapeutes exerçant cette technique afin de recevoir un soin. Mais rien, pas un seul nom n’est ressorti si ce n’est celui de Gilles situé dans le Morbihan. Pour un soin, cela faisait un peu loin quand même (comptez tout de même 1h30 de voiture, sachant qu’après de tels moments, je ne suis plus tout à fait moi-même pour rentrer). J’ai ensuite vu qu’il faisait une formation à cette technique, et je me suis dis “une formation il n’y a rien de tel pour en apprendre sur une technique, car on y apprend son histoire et son fonctionnement”.

Quand je suis arrivée, j’étais toute curieuse de ce que j’allais découvrir. J’adore les formations pour cela, la découverte de nouvelles techniques, de nouvelles approches, de nouvelles rencontres, et souvent aussi, de nouvelles découvertes sur nous-même. Après les rapides présentations (nous ne sommes que deux, une mamie de plus de 60 ans et moi), nous avons commencé par une approche théorique avant de passer à la pratique, et j’ai donc reçu mon premier soin. Et là: Le drame. Coup de panique, de pression, un mal de tête atroce (j’avais la nette impression que l’on prenait ma cervelle et que l’on essayait de me la tirer vers le haut du crâne), et une sensation d’oppressement affreuse au niveau de la poitrine (chakra du plexus prêt à exploser). Un enfer, littéralement! Je me répétais sans cesse “Mais qu’est ce que je fou là? Mais c’est ça les bars? Mais sérieusement c’est pas possible, je ne veux pas de ça”. Je suis sortie de la séance exténuée, vidée, mal. Juste le temps de m’en remettre et c’est à mon tour de donner une séance. Même malaise et cette nette impression que je ne savais vraiment pas ce que je faisais là, le sentiment de ne pas avoir du tout accroché à cette technique. Pourtant, je savais au fond de moi qu’elle ne m’était pas apparue par hasard, trop de coïncidences pour que ce ne soit pas un signe, et cette petite voix au fond de moi qui me demande de persister.

Pause déjeuner, je prends le temps de faire connaissance avec ma collègue de la journée. Son parcours et ses doutes m’en apprennent plus sur la séance de ce matin. Un manque total de confiance en elle et en ses capacités l’ont poussé à paniquer au premier soin qu’elle m’a donné (ah ba voilà le sentiment de panique que j’ai ressenti! Oui, car si elle n’arrive pas à ressentir l’énergie, mon ressenti à moi ne cesse d’augmenter de jour en jour, et dans ce type de situations, je m’aperçois que ce n’est pas toujours un avantage ^^).

L’après-midi reprend après une heure de pause, par une première séance que je reçois. Et là, changement complet, de sa part et de la mienne probablement, ce qui créent une séance agréable, où une réelle sérénité commence à m’envahir. Je termine la séance avec un sentiment de repos et de calme, comme juste après une bonne sieste (et avant même que certains me posent la question, non, ce n’est pas parce que j’ai dormi ;-)). Après ce bel échange, à mon tour de donner le dernier soin à ma collègue et là, seconde révélation dans le rôle du donneur: apporter une séance de Bars est toute aussi magique que de la recevoir. C’est un moment de calme, où le corps du donneur est à l’écoute de ce qu’il ressent et reçoit. C’est un soin de véritable échange, où le sens de l’énergie circule pour les deux personnes, et où à chaque séance il y a autant de prise de conscience de la part du donneur que du receveur. C’est assez magique. En sortant de cette séance, j’étais encore mieux que la séance précédente. Calme et sereine sont vraiment les deux adjectifs qui m’ont accompagnés.

La route s’est déroulée ensuite sans encombres et je suis rentrée à la maison,fraîche et disposée. Le lendemain par contre le réveil a été très rude, comme après un gros soin, où pour ceux qui ne connaissant pas cette sensation, comme après un weekend de déménagement. Ensuite, les quelques jours suivants m’ont prouvé que certaines choses en moi ce sont passées pendant ces séances: plus de rêves significatifs, une impression de mieux comprendre les choses et ce qui m’entourent et un grand besoin de m’assumer.

Voilà, je suis heureuse de voir que j’ai compris les Bars, qu’ils ne sont pas arrivés par hasard jusque moi, et surtout, que j’ai simplement hâte d’en donner à nouveau.

Du coup, je fais un appel aux volontaires. Il me faut trois cobayes avant fin mars pour recevoir des soins gratuitement. Merci de me répondre par commentaire à la fin de cet article pourquoi et qu’est-ce qui vous plairait dans une séance de Bars. Je sélectionnerais trois personnes avant la fin de la semaine.

Mise à jour du 10/03/2014: les grandes gagnantes sont: Sofie Eudes, Agathe Lecamus et Anne Hayé. Merci aux autres d’avoir participé. N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour ne pas louper les prochains concours et/ou recherche de cobayes. 

Pour plus d’informations sur la technique: Questions sur les Bars Access Consciousness