Gili Air, ses plages, son eau turquoise et ses touristes

Share Button

Gili Air vu du bateauJe suis un peu naïve, voire même profondément quand je m’imaginais Gili Air comme une île presque vierge, préservée de masses touristiques comme il m’avait été donné de voir l’année dernière du côté de Sumatra. En fait c’est pas tellement ma faute, c’est surtout celle des différents blogs qui en parlent comme la plus vierge des trois îles avec une ambiance hippie et où il fait bon se perdre. Je voudrais savoir à quel date ils ont écrit ça, parce que ce n’est pas la Gili que j’ai connue.

Plage Gili Air

En fait, Gili Air est une petite île bordée de plages magnifiques de sable blanc et d’une mer turquoise comme dans les films. Toute la côte (sauf 200m du côté ouest) sont bordées de restaurants proposant des transats face à cette splendide vue et des squats où il fait bon lire un super roman entre deux baignades. Mais pour le côté seul on repassera, parce même mi-avril tu n’as qu’à tourner la tête pour te demander si tu es en Indonésie ou à Biarritz : pas un seul indonésien à l’horizon, mais plutôt une horde de jolies filles en train de peaufiner leur bronzage et des mecs tout tatoués qui roulent des mécaniques (ouai je sais, elle date cette expression ^^).

Vélo Gili Air

Au milieu de l’île par contre il n’y a presque rien, seulement des champs de vache (ça pousse comme ça ici) et des routes longeant des petites warung ou des maisons d’habitation. (Ah si, j’ai cherché le bar électro dont tout le monde parlait, mais à la place je n’y ai trouvé que son remplaçant, plus petit mais tout aussi flashy!). Alors pour faire une halte sur une île paradisiaque, prendre des photos avec un mojito devant la mer et narguer les collègues de boulot allez-y, foncez ! (Testé et approuvé, ça fonctionne !) Par contre pour y trouver un coin de tranquillité où vous dépayser au milieu de la vie Indonésienne, c’est raté.

Bar électro Gili Air

Cependant, j’ai quand même eu un coup de cœur dans toute cette île. C’est cet espace vierge qui se situe à l’ouest de l’île où l’on a soudainement une vue sur les deux autres îles Gili, Lombok et ses monts sur la gauche, derrière les îles le mont Agung qui surplombe l’Ouest de Bali et même si le temps est clair, vous pouvez apercevoir Nusa Penida, et ça sans personne. Une claque !  C’est beau, c’est calme, le clapotis des vagues sur les coraux bordant la plage vous apporte une douce musique cristalline. Un monsieur assis à 50 mètres qui prend le temps de méditer ici. Ahhhh, voilà c’est ça pour moi l’Indonésie ! Merci à Gili Air pour son accueil, et cette pause dans le temps!

Plage Gili Air