Histoire du Bicarbonate de soude

Share Button

Le Bicarbonate de soude est un produit aujourd’hui largement répandu, à travers le monde et les cultures. Mais comment est-il arrivé chez nous, et surtout, par quels moyens a t-il été découvert?

Comment tout cela a commencé?

C’est en Egypte (et oui, encore une fois!), que l’on retrouve les premières traces d’utilisation du natron, un minéral composé de carbonate de sodium et de bicarbonate de sodium. Ils tiraient cette substance de l’évaporation des lacs salés et l’employaient pour se frotter le corps, comme un savon. On retrouve ensuite sa trace en 1791, date à laquelle Nicolas Leblanc célèbre chimiste français a inventé le procédé Leblanc. Celui-ci fut le premier moyen de fabrication de carbonate de sodium (Na 2 CO 3 ), à partir duquel le bicarbonate est issu. Le chlorure de sodium (sel de table) est chauffé avec de l’acide sulfurique, produisant du sulfate de sodium et de l’acide chlorhydrique. Le sulfate de sodium est ensuite chauffé avec du charbon et du calcaire pour former du carbonate de sodium ou de soude.

À la fin des années 1800, un autre procédé de production de carbonate de soude a été conçu par Ernest Solvay, un ingénieur chimiste belge. La méthode Solvay fut très rapidement adaptée aux Etats-Unis, où elle détrôna le processus Leblanc. Ce procédé produit du carbonate de sodium (Na2CO3) à partir de sel et de craie. Puis ce carbonate de sodium est ensuite transformé en bicarbonate de sodium. Bien que ce procédé de production est largement utilisé, il pose néanmoins certains problèmes car il utilise des polluants difficiles à éliminer. Une alternative consiste donc à affiner la soude à partir du minerai de trona, ce dépôt naturel utilisé par les égyptiens.