Une journée de rêve à Ubud

Share Button

Après avoir été contente d’y arriver, je quitte Kuta avec joie pour découvrir Ubud. Une journée d’adaptation m’aura été nécessaire pour que le Shuttle puisse m’y déposer et me familiariser avec cette ville dans laquelle j’allais poser mes valises pendant une semaine. Le programme du lendemain se résumait à aller visiter le Arma Museum, découvrir le marché typique d’Ubud et finir par un bon repas au Warung Balé (dont je vous parlerais une autre fois)

Le Arma Museum

Museum arma Ubud Bali Indonesia

Le Agung Rai Museum of Art (ARMA) a été officiellement ouvert par le Ministère Indonésien de l’éducation et de la culture en 1996. D’architecture typique balinéaise, il a été entièrement construit avec des produits locaux. Plus qu’un musée, ce lieu est un centre artistique, où chaque visiteur peut découvrir la collection de peintures, une librairie, des spectacles de théâtre, prendre des cours de danse ou simplement se poser dans la salle de lecture.

Museum arma Ubud Bali Indonesia

Je n’ai pas pris le temps de faire toutes ces attractions, mais j’ai consacré ma mâtinée au musée que je trouve passionnant par sa diversité et certaines pièces impressionnantes (dans l’une des salles vous pouvez apercevoir un immense tableau représentant un champs de riz bien mûr entièrement réalisé avec des trais de gouache purs, un vrai travail de titan !). C’est une excellente façon de comprendre et d’aborder la culture artistique Indonésienne, à travers les siècles et les différents courants. Cette finesse, cette précision, la gestion des couleurs et de la lumière et surtout l’art qu’ont les artistes Indonésiens de savoir raconter sur un même tableau plusieurs histoires entremêlées. Pour 60 000 Idr/personne, n’hésitez pas à franchir la porte. Le plus ? Pour ce prix vous avez une boisson offerte (thé/café chaud/glacé) et surtout, vous soutenez la fondation Arma et donc l’art Indonésien. Un moyen de plonger dans le rêve Indonésien.

statue musée arma bali ubud

J’ai terminé cette visite en prenant justement cette boisson gratuite, et en me prélassant sur cette petite cabane en bambou où des coussins sont posés et vous appellent obligatoirement à la farniente. Happée par cette journée de rêve, cette douce ambiance, ce lieu apaisant, cette visite enrichissante, j’ai souhaité poursuivre ce moment par une douce collation et me suit donc laissée tentée par un plat déjà vu plusieurs fois à la carte de restaurants mais jamais testé : les spring rolls indonésiens. La serveuse me demande alors chaud ou froid, je réponds les deux, et j’ai bien fait ! Les rouleaux de printemps froids ressemblent pour beaucoup à ce que l’on connaît déjà chez nous (ce qui ne leur enlève pas leur saveur, loin de là), mais les chauds sont une découverte gustative plus qu’agréable. En bref : c’est trop bon, où c’est que je peux en avoir d’autre ?

Café musée arma bali ubud

café musée arma ubud indonésié bali

spring rolls indonésie indonésien bali ubud

hot spring rolls ubud indonésie indonésien

 

Le marché local d’Ubud

J’’avais fait connaissance avec les marchés lors de mon voyage à Bukittinggi (Sumatra) l’année dernière et il me tardait de m’y replonger cette année. Je trouve qu’un marché dégage toujours une ambiance particulière, concentrant dans un même lieu la typicité de la ville et de ses habitants. A Ubud, c’est pareil : tous les rabatteurs et vendeurs de souvenirs pour touristes et de vêtements importés de chine côtoient des marchands de canard fumé et de piments séchés. Tout ce monde dans cet endroit petit et en même temps immense, où l’on a vite fait de s’y perdre et de ne plus savoir où donner la tête. J’ai fini par m’égarer et prendre un escalier de trop, pour me retrouver sur le toit, seule, et découvrir cette vue d’ensemble cachée de tous. Bien bien chouette ! Un conseil d’une expatriée d’ici rencontrée au hasard d’une boutique : le mieux est d’aller directement en deuxième étage, les gens y montent rarement et les vendeuses sont donc plus patientes, calmes et plus ouvertes à la négociation.

marché-ubud-

Après ce coup de chaleur dans cette univers confiné, je suis finalement rentrée à l’hôtel (ça aussi, ça fera partie d’un prochain post), me prélasser au bord de la piscine et y échanger une Bintang avec d’autres français baroudeurs, avant de me régaler le soir même au Warung café !

Il y a des journées comme ça, où il fait simplement bon vivre !