L'art de donner des nouvelles pourquoi j'écris moins en ce moment

L’art de donner des nouvelles: pourquoi j’écris moins en ce moment?

Share Button

Vous êtes plusieurs à comprendre que quelque chose se passe depuis un certain temps mais je restais jusqu’à ce jour volontairement très évasive et c’est donc par un message commun que je souhaite aujourd’hui vous expliquer pourquoi.

Pourquoi j’écris moins, pourquoi les articles sont moins présents et pourquoi mes interventions en général sur la toile se raréfient? Il s’avère que depuis 4 ans que je travaille sur ce métier (à temps plein ou à temps complet), je commence à en voir les limites et à me poser des questions sur la façon de l’exercer. Entre les soins en cabinet, les appels téléphoniques, les mails, la communication, les demandes de renseignements, le blog, Point zen, Spa de la Rue et ma vie personnelle, j’ai pris conscience il y a quelques semaines que j’arrivais à saturation. Et j’ai pris certaines décisions. Ma volonté se porte à favoriser les soins en cabinet et ma vie personnelle plutôt que de m’éparpiller dans 10 000 projets. J’ai toujours envie d’écrire et d’aider bien sûr (l’écriture étant pour moi un échappatoire), mais je souhaite le faire avec envie, et non avec contrainte. Maintenant que le cabinet tourne également très bien, j’ai besoin aussi de me préserver pour pouvoir vous offrir la même qualité de travail pour chacun d’entre vous.

tea-party-1001654_1920

L’envie aussi de prendre plaisir et goût à la lenteur, à ne rien faire, à lire, à observer, me balader et me reconnecter à ce qui m’entoure. Du coup je lis, pour moi, avec ce plaisir hivernal d’un plaid au bout des pieds, d’un thé chaud et d’un bon ouvrage. J’ai envie de prendre du temps pour les gens autour de moi (et pour moi, par la même occasion, car quoi de plus agréable que de partager de bons moments avec les gens que l’on aime?). Et puis je m’initie aussi à ne rien faire, pour reposer mon corps et mon esprit. Mais c’est un réel apprentissage chez moi.

Les weekends étaient jusque là passés pour ⅔ dans le professionnel. Je suis une mordue du travail, et j’ai vraiment beaucoup de mal à m’arrêter. Je ne sais pas, la sensation probablement que si je m’arrête, je vais m’ennuyer, ou me poser trop de questions. Alors depuis 15 jours, j’essaye de combler tout mon retard la semaine, et ne rien faire le weekend. Et c’est dur… vraiment dur! En même temps, je sens que mon corps en a tellement besoin. 

tea-party-1001653_1920

Il faut aussi dire que les derniers mois (sans rentrer dans les détails), ont été plus que déstabilisant (même si profondément enrichissants) à titre personnel. Et lorsque vous poussez la porte de mon cabinet pour me dire que vous être entrain de vivre de réels bouleversements émotionnels, j’ai juste envie de vous dire “comme je vous comprends”. 

C’est aussi cela le quotidien d’un thérapeute bien-être: affronter certaines réalités et certains changements dans le quotidien, tout en se remettant en question pour vous apporter toujours le meilleur. Ce métier requiert de prendre conscience de qui l’on est, de ses fragilités, de ses qualités et de son potentiel. Prendre conscience qu’il faut parfois s’arrêter un temps pour mieux redémarrer. Et c’est aussi ce que j’aime par dessus tout dans cette profession.

Voilà quelques brins de confidences. Juste pour être totalement honnête avec vous, mais aussi pour vous signifier que dans mes multiples projets, ma priorité est de prendre soin de chacun d’entre vous, dans les meilleures conditions possibles.