Mon expérience du massage à Ubud

Mon expérience du massage à Ubud

Share Button

Ma quête du massage balinais « parfait » continue donc et suite à l’échec un peu cuisant de Kuta, une semaine à Ubud me laissait un peu de temps pour explorer tout cela. D’autant que j’ai repéré une super adresse qui me donnait envie depuis au moins un mois. Un endroit selon les commentaires dit « paradisiaque » et même une thérapeute y vante les bienfaits des soins.

Lily’s Spa Ubud

Lily's spa Ubud Bali Indonésie

Mais avant de découvrir ce petit bijou, un spa juste à côté de l’hôtel semble attirer pas mal de monde et d’extérieur, l’endroit semble assez sympa. Je décide d’en pousser la porte et de prendre rdv pour le lendemain. Accueillie gentiment, elles m’invitent à les suivre jusqu’à la pièce située à l’arrière-cour du spa (il faut que je traverse une zone un peu en travaux pour accéder à la pièce de massage). Une fois dedans, et même si la traversée n’était pas des plus jolies, l’intérieur a tout de même été décoré avec soin avec deux tables de massages en bambou sombres et une belle baignoire/douche qui éclaire un peu la pièce. Ici, à l’avantage de la France, pas besoin de chauffage ! Au contraire, je repère un climatiseur en haut de la pièce, au cas où. On est bien loin des ambiances renfermées des spa que j’ai visité à Kuta, ici, on sent clairement qu’une vraie recherche esthétique a été faite, dans la coordination des draps, la décoration de la pièce et les salles qui sont vraiment grandes. Les praticiennes me proposent un sous-vêtement jetable et m’expliquent où mettre mes affaires, cela s’annonce plutôt bien.

Et hop, c’est partie pour une heure de bien-être. Les masseuses rentrent en même temps (oui, j’étais accompagnée) et me recouvre d’un paréo pour commencer par me masser par-dessus afin de prendre la température de mon corps (enfin, j’entends par là les zones de tension pour visualiser avant ce qu’il va être possible de faire pendant le massage). Etant donné que personne ne s’est soucié de me poser une seule question médicale ou même de bon sens, j’imaginais que cette étape doit vraiment aider la masseuse dans son soin. Mais non, dès la première minute où elle a posé les mains sur moi, elle a clairement l’idée en tête de me torturer. Et c’est ainsi que pendant une heure, elle prend plaisir à me pétrir, me malaxer et m’enfoncer ses doigts dans ma chair meurtrie sans se soucier des mouvements réticents de mon corps. Au bout de 15 minutes, comme je vois qu’elle ne s’arrête pas (occupée alors à chuchoter et se marrer avec sa copine juste à côté), je fini par lui demander d’y aller plus doucement (en anglais), sentant déjà les bleus sur mon corps aux endroits où elle concentre ses appuis. Elle acquiesce et ralenti…. à peu près 2 min en fait. J’ai fini par me dire que ce devait être moi qui ne savait pas apprécier une telle expérience et qui était chocotte, mais mon corps le lendemain présentait les traces de cet acharnement corporel (je trouve ça plus adapté que massage ^^).

Pour résumer : un bel endroit, un accueil souriant et poli mais des masseuses clairement blasées et pas du tout impliquées dans ce qu’elles font. Les massages quant à eux, étaient appris et clairement connus (l’enchaînement était bon et la technique plutôt maîtrisée) mais l’appui est beaucoup, beaucoup trop fort, sans recherche et écoute du corps sous les doigts. Résultats : des bleus partout, une sensation de vertiges et une vraie agression corporelle.

Karsa Spa Ubud

Karsa Spa Ubud Bali Indonésie

Deux jours après (mon corps ne m’aurait pas pardonné de l’avoir tenté avant), je décide du coup de me rendre dans la première adresse dont je vous avais parlé : Karsa Spa. Un peu excentré d’Ubud (mieux vaut y aller en scooter ou à pieds si vous avez de bonnes jambes, mais d’un point de vue personnel je suis incapable de faire quoi que ce soit après un bon massage), et même si le café à côté est en travaux, la vue sur la rizière procure de suite un sentiment de calme et de quiétude. Le rendez-vous avait été pris la veille et suite à plusieurs minutes de bataille, nous étions finalement arrivés à une heure d’entente pour deux massages balinais (je persévère). Arrivée avec 20 minutes d’avance, la manager me propose de m’asseoir et me tend un verre d’eau pour patienter…. 50 minutes en tout (30 min d’attente sans même une excuse). C’est le quart d’heure breton transformé en 30 min indonésien.

Karsa Spa Ubud massage bali

Un questionnaire m’est posé sur des quelconques antécédents médicaux mais surtout pour savoir s’il y a des zones où je préfère être massée et la pression que je souhaite recevoir. Je réponds light et espère au fond de moi que cette notification sera prise en compte. Après avoir terminé, je suis donc escortée vers la pièce de massage, à l’image des autres qui sont toutes séparées comme des petits bungalows individuels et presque ouverts sauf le toit (je vous laisse le voir sur la photo). C’est plus que joli, c’est absolument charmant. Face à ces quelques détails encourageants, je m’installe plus sereine et attend patiemment.

Karsa Spa Ubud tables de massage bali

Contrairement au soin précédent, je suis massée par un homme. La pression sur les jambes est bien et je me dis que c’est annonciateur d’un excellent moment. Mais arrivé sur le dos, même problème que la dernière fois, au lieu de contourner certaines tensions pour y revenir dans un second temps, il prend le parti d’y aller bien bien franco (en mode : je monte sur la table je m’appuie de tout mon poids et ensuite de la force de mes bras et des mes doigts bien bien tendus pour que le muscle sente bien que je suis là => mais ne t’inquiète pas, il avait déjà compris ^^). Et la même chose avec les bras et ce qui s’en suit (le ventre est heureusement évité mais à peine massé, un peu frustrant). Une fois le massage terminé, nos masseurs sortent me laissant là un peu perdue. Je décide de prendre juste une douche à l’eau pour profiter des bienfaits de l’huile sur ma peau et sort afin d’aller régler la note. Là la manager m’adresse à peine un sourire et le masseur est retourné dans son mutisme juste derrière le bureau, un ipad sur les genoux et un casque sur les oreilles. Je paye et décide de rentrer, refusant poliment le thé obligatoirement proposé car je sens que l’ambiance n’y est pas. C’est pas parce que c’est gratuit que ça me fera changer d’avis ! Au prix payé (le double des autres soins), je me sens flouée et franchement désappointée. Qualifié comme le meilleur spa d’Ubud j’ai un peu peur de ce que je peux trouver ailleurs, mais je m’aperçois également qu’ils sont juste devenus blasés de leur renommée et ne font plus d’efforts pour la conserver.

Résultats à la fin d’Ubud

Je ressors donc de ces deux expériences avec des sentiments mitigés et plutôt négatifs. Comment un pays avec une telle culture du bien-être peut proposer des soins aussi bâclés ? Comment se passent leur formation pour ne pas leur donner cette joie de masser et cette passion des soins ? Et une fois de plus je constate qu’il y a un net problème de communication et de sens du service dans ce pays. Alors je continue, amèrement et avec moins d’enthousiasme, à trouver une personne dans ce pays, passionnée et réellement intéressée par ce qu’elle fait. Mais j’ai envie de changer d’angle d’attaque et de ne pas faire confiance aux autres avis. Je m’aperçois que je suis bien plus exigeante que d’autres et je ne fais donc pas confiance à certains retours. Du coup, je vais essayer de tenter ma chance un peu au hasard, et comme il paraît qu’il n’y en a pas, je devrais y arriver non ?