Mon expérience sans gluten audrey besson rennes

Mon expérience sans gluten

Share Button

Il y a maintenant près d’un an, j’ai commencé à avoir des doutes sur une certaine intolérance au gluten. Je faisais partie de ces femmes (si si, c’est forcément des femmes qui disent ça) qui se plaignent à la fin de repas car elles se sentent “gonflées”, “ballonnées”, “enceintes de 4 mois (alors qu’elles ne le sont pas, je vous jure!!)”, “énoooooormes, mais si là, tu vois mon ventre”…. et j’en passe. Il m’arrivait très souvent aussi d’avoir mal dormi car mon ventre me tiraillait dans tous les sens, cette sensation que l’on prend deux parties de vos intestins et que l’on les tire à l’opposé l’une de l’autre. J’aurais peut-être dû vous prévenir que cet article n’allait pas être plaisant à lire… tant pis, vous le savez maintenant!

Du coup, j’ai décidé de diminuer petit à petit le gluten de mon alimentation, pour tester. Pendant plus d’un mois, j’ai fini par ne plus en manger. J’ai cependant la chance de vivre dans une époque où il est vrai, les aliments sans gluten sont de plus en plus nombreux. J’en ai profité pour me renseigner aussi, sur cette maladie, ces différences, ce qu’elle provoque ou non chez les personnes. Je suis restée étonnée devant la quantité de symptômes et de conséquences qu’on lui attribut. Parfois, je pense que c’est peut-être un peu exagéré. Pendant ce premier mois de tests, il est vrai que je n’ai pas vu de changements importants. La révélation que toutes les personnes qui ont arrêté le gluten semblent avoir, ce sentiment de soulagement, que le corps revit… non, pas un petit poil de tout ça, vraiment rien.

Et puis un soir, le drame

Nous revenions de Paris et tardivement, nous avons reçu des amis à la maison. Une occasion de dernière minute. Ils nous avaient amené des pâtes farcies et par fainéantise (et devant le peu de résultats de ce mois d’arrêt), j’ai craqué et nous avons fait cette bonne plâtrée. Rien d’autre, pas de dessert, une bière et c’est tout. Les crampes et les douleurs qui m’ont prise cette nuit là ont été atroces. J’ai été voir mon médecin qui m’a dit de rééssayer un temps sans gluten, puis de refaire l’expérience. A chaque fois, les crampes étaient très significatives, et je me suis soudain rendue compte des bienfaits que je n’avais pas vu au premier abord de ce régime: ces crampes avaient totalement disparues de mon quotidien. C’est à leur retour que je me suis aperçue que ce n’était franchement pas vivable. Les tests que j’ai réalisé pendant ces quelques mois ont mis en évidence que je n’ai pas la maladie coeliaque, ce qui est déjà un bon point.

Mais j’ai tout de même fait le choix de limiter au maximum le gluten, par confort de vie. Le sommeil retrouvé, la légèreté de mon corps m’apportent beaucoup plus qu’une simple tartine de pain avec du fromage. Et puis, il faut être honnête, comme beaucoup de choses toutes faites contiennent du gluten, j’ai réappris à cuisiner avec plaisir! J’ai donc décidé ici, de vous donner quelques astuces pour ceux et celles qui souhaiteraient tester ou qui sont convaincus du bienfait d’arrêter ou de diminuer le gluten pour eux. Je rappellerais cependant qu’il est important de ne pas le stopper du jour au lendemain, sans tests préalables et sans en parler d’abord à votre médecin.