passer des vacances sans gluten audrey besson rennes

Passer des vacances sans gluten

Share Button

Les vacances sont passées et avec elle, la première vraie confrontation au “sans gluten” chez les autres. En effet, depuis le diagnostic de mon intolérance, c’est la première fois que je me déplace autant en si peu de temps et surtout chez des personnes non habituée à ce type d’alimentation. Comment réagir dans ce cas? Et bien il est important de connaître un minimum les personnes chez qui vous allez pour personnaliser les discours que vous leur tiendrez.

J’ai de la chance d’avoir des grand-mères qui cuisine tout maison, avec des produits du coin et souvent assez light (malgré les années, elles tiennent à leur silhouette). Du coup, je n’ai pas tellement eu besoin de leur faire de recommandation car je savais que naturellement, je ne serais pas confrontée au gluten chez eux. Au contraire, j’ai eu la chance de goûter des bonnes viandes et/ou poissons avec des légumes du marché, des salades de fruits et des légumes râpés en entrée. Comme je le savais, je n’ai pas eu besoin de les inquiéter.

Pour les autres, je ne leur ai pas envoyé la liste. Cependant, c’est amusant de voir les différences de réaction face à cette annonce. “Juste une petite précision, comme je t’en ai parlé, je ne mange plus d’aliments contenant du gluten. Le mieux est donc d’éviter pains, pâtes et farines blanches”. La réponse survient alors “ Ah bon? Mais qu’est-ce que tu peux manger alors?”. J’aime bien cette réaction car elle montre à quel point il est présent dans notre alimentation, et encore, si les gens savaient comme ce n’est que la partie immergée de l’iceberg. Du coup, je leur explique que les pommes de terre ou le riz remplacement largement le blé, et que pour le pain, pas la peine, j’emmène ma nourriture. Car oui, pour la première fois de ma vie, j’ai voyagé avec mon frigo. J’ai ainsi pu faire un stock de pain sans gluten (préparation de la marque Shär), biscottes ou galettes de riz. Pour le reste, nous avons très bien réussi à nous débrouiller.

Bien sûr, attendez-vous à table à devoir vous justifier et surtout, expliquer à votre entourage ce que cela implique. Les gens ne mesurent vraiment pas l’omniprésence de cette molécule. Et le plus amusant, c’est de voir à quel point les habitudes reviennent vite au galop lorsqu’on vous proposera encore, au bout de deux trois jours, si vous souhaitez du pain avec le fromage. ;-) Pour le reste, ne vous énervez jamais si votre entourage ne le comprend pas et n’essayez pas non plus de les convaincre des bienfaits d’un tel régime. C’est à eux de vous poser des questions s’ils sont intéressés, mais dans le cas contraire, vous ne feriez que les braquer. De plus, n’angoissez pas trop à l’avance des conditions de préparation des aliments. Si la cuillère a touché à la fois le pain et le riz, ne vous stressez pas des effets que cela pourrait engendrer. Gardez à l’esprit que de passer des moments avec les personnes que vous aimez est de loin le plus important.

Personnellement, pour remercier mes hôtes de s’être cassé la tête à me cuisiner des petits plats sans gluten pendant toutes mes vacances, je leur ai cuisiné un bon tajine, afin de leur prouver que sans gluten ne veut pas dire sans goût!